Zéro personne à la rue, un objectif réalisable si on en a la volonté !

Communiqué CATDP2020 du 29 janvier 2020

Les autorités se félicitent d’avoir ouvert, dans le cadre du « Plan hiver », 180 places supplémentaires pour héberger les sans-logis… jusqu’au 31 mars. Mais tous n’ont pas pour autant une place, loin s’en faut. Le 115, géré par l’association Entraide et Solidarité, qui attribue les places, a refusé 78 personnes chaque jour (dont 40% d’enfants) dans la seule semaine du 6 au 13 janvier. Et trop souvent, quand des places sont attribuées, c’est dans des conditions absolument indignes et inhumaines. Par exemple, les locaux d’Émergence, l’une des structures « d’accueil », situés dans le Sanitas, sont infestés de punaises, n’ont aucune douche ni aucune machine à laver, n’ouvrent le soir qu’à 19h45 et ferment le matin à 7h30. Comment fait-on dans la journée – notamment les mères avec des petits enfants – pour survivre dans la rue ?

Qu’en pense le maire de Tours, Christophe Bouchet, qui s’enorgueillit des hôtels de luxe rue Multi-Nationale (un projet lancé par la précédente municipalité…) ou de son projet de rénovation des Halles avec des logements à 6 000€ le m² ? Qu’en pense le président de Tours-Métropole, Philippe Briand, plus gros agent immobilier du pays dont la fortune (304e de France) est passée de 100 millions d’euros en 2010 à 300 millions en 2019 ? Qu’en pensent Emmanuel Denis et Cathy Münch-Masset, têtes de liste de « Pour Demain Tours » et Benoist Pierre, tête de liste LREM, dont les programmes consultés ce jour sur leurs sites Internet, ne prennent aucun engagement précis sur cette question des sans-logis ?

C’est au Tour(s) du Peuple 2020 rappelle que l’un de ses principaux objectifs, c’est « zéro personne à la rue », quel que soit l’âge ou la nationalité des personnes concernées. Un objectif tout à fait réalisable, et très rapidement, quand on sait qu’il y a dans la seule ville de Tours 8 400 logements inoccupés (10,2% du parc immobilier selon l’INSEE), et plus de 12 000 à l’échelle de la Métropole.

Non à l’affairisme urbanistique des équipes Germain-Babary-Briand-Bouchet ! Oui à une nouvelle politique du logement, humaine, digne et juste, que mènera avec détermination C’est au Tour(s) du Peuple 2020 !

C’est au Tour(s) du Peuple 2020
29 janvier 2020

Posts les plus consultés de ce blog

Quand les Verts/PS proposent un Grand Projet imprécis, incertain, imposé et intéressé (GP4I) !

Communiqué CATDP2020 du 19 février 2020

La presse locale a récemment rendu compte du projet de parc agro-photovoltaïque présenté par la liste « Pour Demain Tours » conduite par Emmanuel Denis (EELV).

Ce projet appelle de la part de C’est au Tour(s) du Peuple 2020 les questions et remarques suivantes :

Pour s’opposer au « tout-privé, tout-payant », il n’y a qu’un vote : C’est au Tour(s) du Peuple 2020

Communiqué CATDP2020 du 6 février 2020

À Tours et alentours, de plus en plus de voix s’élèvent pour dire leur ras-le-bol des privatisations et exiger le lancement, dès la prochaine mandature 2020-2026, d’un vaste chantier municipal et métropolitain : celui de la reconquête des biens publics, des biens communs.

À l’exception de C’est au Tour(s) du Peuple 2020, aucune liste n’est en mesure d’engager ce chantier moderne et populaire.

Les listes conduites par Christophe Bouchet, Benoist Pierre, Xavier Dateu ? Il est inutile d’attendre de ces candidats de droite, empêtrés dans leur dogmatisme néolibéral, quoi que ce soit d’autre qu’une aggravation des privatisations. Le premier les a étendues dans les trois années de son bref mandat (contrôle du stationnement, périscolaire, etc.). Le deuxième, grand adepte des partenariats public-privé pour « valoriser » le patrimoine et le numérique, est le représentant de Macron et de La République en Marché, qui vendent à tout va nos services publics au grands groupes privés. Quant au troisième, il s’est surtout porté candidat pour prendre une revanche personnelle, privée donc, sur le premier !

La liste conduite par Emmanuel Denis ? Si l’on y claironne son attachement aux services publics, il y a tout lieu de se méfier ! D’une part, leur programme n’affiche aucune réelle ambition dans la reconquête des biens publics. Tout au plus une ou deux mesures, mais rien de plus ! D’autre part, les élus EELV et PS, pourtant réputés « d’opposition », ont dans la dernière mandature voté au Conseil métropolitain quantité de décisions contraires à leurs beaux discours : la gestion des centres aquatiques de Luynes et Fondettes offerte au groupe Récréa, la prolongation de la délégation sur les transports publics à Keolis, le projet de 2ème ligne de tramway, etc. Et l’on ne les a même pas vus sourciller quand a été soumis au Conseil le dernier rapport annuel sur les parkings de Tours et Joué-lès-Tours confiés à Indigo (Vinci) !

Ainsi, seule la liste C’est au Tour(s) du Peuple 2020 s’engage clairement à :

- dresser dès les lendemains de l’élection l’inventaire complet des privatisations des services publics déjà faites, en cours de négociation ou en projet, et en rendre accessible à tous les résultats,

- passer en gestion publique et citoyenne l’ensemble des services à la population selon les règles suivantes: réembauche de tous les salariés des sociétés privées, participation directe des syndicats, des associations d’usagers et des habitants à la gestion, gratuité du service ou tarifs en diminution, réinvestissement total des bénéfices dans la création d’emplois, l’amélioration de la situation du personnel et de la qualité du service rendu.

Non à la déferlante du « tout-privé, tout-payant » et aux oppositions molles et floues ! Oui au programme réellement transformateur, postcapitaliste, de C’est au Tour(s) du Peuple 2020 !

C’est au Tour(s) du Peuple 2020
6 février 2020

Deuxième ligne de tramway : quand l’argent abat les arbres… et le reste !

Communiqué CATDP2020 du 22 janvier 2020

Depuis bien longtemps C’est au Tour(s) du Peuple (CATDP) a alerté les Tourangelles et les Tourangeaux sur les conséquences multiples et désastreuses de l’implantation d’une deuxième ligne de tramway le long des boulevards Béranger (en totalité) et Heurteloup (partiellement) : voir notre tract « Traminator » distribué en juin 2019. Nous avons affirmé, entre autres, que de nombreux platanes seraient abattus et que le marché aux fleurs serait déplacé, voire supprimé.