Toutes et tous ensemble avec les Tupperware !

Les 235 salarié. es du site français Tupperware de Joué-lès-Tours, ouvert en 1973, viennent d’apprendre subitement la fermeture pure et simple de leur usine d’ici à mars 2018. Certains comptent plus de 40 ans d'ancienneté dans l'entreprise.

Affichant le mépris le plus total à l’égard de la vie et des efforts des salariés, la firme transnationale américaine a décidé de délocaliser une partie de la production vers un autre pays européen où la main-d’œuvre est moins chère.

Cette décision prouve une fois encore :

  • que toutes les aides consenties par l’État français pour abaisser le « coût du travail » (CICE notamment), c’est-à-dire maintenir l’emploi tout en augmentant les profits des actionnaires, n’auront pas suffi,
  • que les gains de productivité réalisés n’avaient pas pour but de soulager les salariés et diminuer leur temps de travail, mais seulement de satisfaire les actionnaires,
  • que les licenciements chez Tupperware, comme tant d’autres entreprises, sont des choix conscients d’actionnaires qui considèrent les salariés comme une variable d’ajustement pour maintenir leurs profits,
  • qu’au final, les capitalistes se dirigent toujours vers le secteur le plus profitable, indépendamment des besoins de la population.

Comment ne pas voir, en effet, qu’il s'agit une nouvelle fois de licenciements abusifs, de licenciements permis par un système qui ne protège que les possédants au détriment des producteurs et de l’immense majorité de la population ?

Les salariés qui, seuls produisent de la richesse, doivent pouvoir contester les choix des actionnaires et décider eux-mêmes, en lien avec la population, de l’avenir de leur entreprise.

Ainsi, les salariés de Tupperware doivent pouvoir mettre leur veto sur les décisions antisociales qui viennent d’être prises et mettre en œuvre les solutions, les projets qu’ils ont eux-mêmes élaborés. Il est plus que temps de mettre fin à l'injustice sociale et d’imposer la démocratie dans l'entreprise.

C’est parce que la colère des Tupperware de Joué-lès-Tours n’est étrangère à personne, que l’injustice qui les touche aujourd’hui nous concerne toutes et tous, qu’elle ne doit pas rester isolée et sans issue.

Tout est, toujours, une question de rapport de forces.

Les organisations signataires de cet appel à la résistance et à l'unité apporteront donc tout leur soutien aux actions que voudront prendre les salarié. es de Tupperware.

L’association C'est au Tours du Peuple (CATDP), le mouvement La France Insoumise (FI), le Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA)

Tours, le 15 novembre 2017

Posts les plus consultés de ce blog

Vive les marchés de plein air ! Vive l’agriculture paysanne !

Communiqué CATDP2020 du 2 avril 2020

Depuis les débuts de l’épidémie de coronavirus, alternant propos guerriers et promesses trompeuses de tirer les leçons de la « crise », Macron, son gouvernement et son monde accumulent en réalité irresponsabilités, injustices et inhumanités : maintien du 1er tour des municipales, gestion calamiteuse du matériel médical (masques, tests… ), nouvelles casses du code du travail autorisées par l’état d’urgence sanitaire, soutiens massifs aux marchés financiers, aux grands groupes et aides insuffisantes en direction des petites entreprises et des salariés, mise en danger des travailleurs de la santé, de l’alimentation, des transports, sans-abris toujours dans la rue, etc.

Quand les Verts/PS refusent de tout faire pour battre la droite

Communiqué CATDP2020 du 16 mars 2020

Lundi 16 mars au matin, la liste « C’est au Tour(s) du Peuple 2020 » a rencontré la liste « Pour demain Tours 2020 » afin de faire un bilan du 1er tour des élections municipales de Tours et évoquer les perspectives du second tour.

Santé : trois questions adressées au maire de Tours

Dans une lettre adressée au nouveau maire de Tours, en date du 15 décembre 2017, l’association « C’est au Tour(s) du Peuple » (CATDP) l’interpellait dans son rôle de président du conseil de surveillance du CHRU. Malgré de nombreuses relances, il n’a, à ce jour, toujours pas répondu. Nous la lui renvoyons donc régulièrement et nous le ferons jusqu’à ce qu’il daigne respecter les règles élémentaires du dialogue avec ses concitoyens.

Voici, d’abord, cette lettre dans son intégralité :